Nouvelle page

L'aventure s'achève pour Lannepax

Publié le 17/06/2013 à 09:41

Championnat de France 4e série. Demi-finale. Lannepax 12 - Saint-Jean-de-Védas 33.

L'aventure s'achève pour Lannepax

L'aventure s'achève pour Lannepax 

Serge Abadia (président de Renaissance Sportive Lannepaxienne) : Malgré cette défaite, je ne conteste pas le résultat. Il est à l’image de notre adversaire avec des qualités incontestables. Nous n’étions pas en mesure de lutter contre eux. C’est une équipe bien supérieure à la nôtre dans tous les domaines du jeu. Seulement, nos adversaires avaient un niveau de fédérale 3 et contre lui nous n’avions aucune chance. Mais, en tout cas, nous sommes fiers d’avoir joué devant une telle équipe et je suis très fier d’eux. Ils méritent un grand respect. Mes joueurs se sont donnés corps et âme dans cette rencontre et malgré tous les blessés et notre petit effectif, ils ont défendu chèrement leur territoire. Ils ont prouvé aussi qu’avec leur vaillance habituelle ils étaient capables de marquer un essai jusqu’à la dernière seconde. Un grand bravo à tous mes gars.

Jean-Jacques Magési : En tant que spectateur, je me suis régalé devant une telle rencontre. Il est vrai que les adversaires de Lannepax étaient un ton au-dessus, producteur de jeu. Dans toutes les phases, on a senti une bonne école de rugby, une belle formation dans tous les domaines de jeu. Ce que je peux dire, qu’en trente ans de carrière et de rugby, moi-même, je n’ai jamais eu la possibilité d’atteindre ce niveau dans ce championnat. Les Lannepaxiens ont réussi un exploit que je ne pensais pas. Il y a de cela quelques semaines et au fil des matchs dans ce championnat, j’ai vu une équipe grandissante. Elle a montré des joueurs vaillants, consciencieux avec une rage de vaincre qui a permis de voir un essai en fin de match. Seul le tableau d’affichage a terni un peu cet après-midi. Un grand bravo à cette équipe de Lannepax

M. Trindade (entraîneur de Saint-Jean-de-Védas) : Lannepax n’est pas une petite équipe comme certains peuvent le laisser croire, mais une vraie équipe qui défendait vaillamment sa ligne et dont les joueurs sont capables de jouer dans n’importe quelle situation, au centre comme sur les extérieurs. C’est une super-équipe.

Enorme , ils ont été énormes face aux véloces védasiens, les Lannepaxiens ont chèrement vendu leur peau. Certes l’addition est lourde, de quoi finalement ne rien regretter, mais s’ils avaient luttés à armes égales le tableau aurait pu être moins sévère. La RSL a dû se passer de l’élément essentiel en touche Franck Fouragnan, mais c’était sans compter sur la bravoure des 18 combattants qui n’ont rien lâché. Preuve, cet essai marqué à la 80e par le capitaine courage Vincent Carrère tout un symbole de la part d’un XV gascon pourtant durement éprouvé, ajouté à celui de Lionel Laguzan sonnant un vent de révolte à l’entame du second acte. Le match entamé sur un rythme très élevé par des Héraultais très en jambes qui vont donner le ton et en 25 minutes pointer 3 essais. Le premier par Bakayoko en puissance, comme celui du 3e ligne Notolan (25e) entre-temps Gaxieu pour un essai casquette, plongeant sur un ballon délaissé par les Gersois. 15-0 aux citrons et un règne védasien qui va être contrarié à la reprise par la vaillance gersoise et toute la rage de Lionel Laguzan après une percée de son arrière de poche Lionel Grenier (7-15, 45).Hélas, sous la pression de Saint-jean de Védas revanchard, Donadi écope d’un carton jaune et ces10 minutes seront profitables aux Védasien qui sur deux pénalités et un essai de Salmerou passent à un 28-7 et assoient leur qualification en finale. L’essai de roublardisse de Fontés scellera ensuite le score pour les siens. Dès lors, frappés dans leur orgueil, les fiers gascons perdront, oui, mais la tête haute; Et mettront un point d’honneur à conclure en beauté, pilonnant la ligne adverse jusqu’à parvenir à pointer une seconde fois par Carrère (12-33).

Voilà, l’aventure de la renaissance Sportive Lannepaxienne s’arrête là; Mais les Gersois n’ont pas à rougir face à une équipe d’un niveau très élevée. Car à la vue de leur parcours, peu étaient ceux qui auraient misé sur une demi-finale du championnat de France.

S’il n’y a pas eu photo à l’issue des débats, la RSL peut être fière de sa campagne avec toute la gratitude des nombreux supporters applaudissant à tout rompre les leurs. Il ne reste plus qu’à fêter ça, ce sera fait le 29 juin, les anciens de 2003 auront de quoi raconter.

Lannepax 12 - Saint Jean de vedas 33

Mi-temps : 0-15. Arbitre : M. Robert Crabos (CBL)

Pour Lannepax : 2 E Laguzan (44e), Carrère (80e) et 1 T Laguzan

Pour Saint Jean de Védas : 5 E Bakayoko (6e), Gaxieu (15e), Notolan (45e), Salmeron (61e), Fontes (72e) ; 1T et 2 P Fontes (50e, 71e).

LANNEPAX : L. Grenier ; Guilbaud, Pradines, Deglave, Frayret ; (o) Laguzan ; (m) Pelalo ; Bernardi, Lasbats, Baro ; Carrère (cap.) ; Bolis ; Faubet, Dore, Verbosch. Sont entrés en cours de jeu : Cecarello, Donadi, V. Grenier.

Carton jaune : Donadi (49e)

SAINT JEAN DE VEDAS : Senesse ; Holveck, Sinivassen, Fontes, Bes ; (o) Genieys ; (m) Gaxieu ; Haon, Notolan, Duban ; Darby, Salmeron ; Raynaud, Salmeron ; Raynaud, Grobon (cap.), Kayakoko. Sonts entrés en cours de jeu : Kebli, Puech, Gally, Soulayrac, Austruy, Allari.

Le comité «fier» des siens

Publié le 25/06/2013 à 08:28

Rugby. Le rideau est tombé avec deux beaux champions de France : Baronnies et Azereix.

Comme Azereix, les «barons» ont fait honneur à leur comité en ramenant le bouclier du champion de France. /Photo Jean-Patrick Lapeyrade.

Comme Azereix, les «barons» ont fait honneur à leur comité en ramenant le bouclier du champion de France. /Photo Jean-Patrick Lapeyrade. 

C e championnat Armanac-Bigorre, qui a débuté le 30 septembre 2012, vient de prendre fin, huit mois plus tard, avec le championnat de France, et peut se targuer d’un bon bilan puisqu’un club bigourdan, Saint-Lary, accède en fédérale 3, tandis que les Baronnies et Azereix rentrent dans leurs Pyrénées avec, chacun, le bouclier de champion de France de leur catégorie.

De quoi ravir les dirigeants du comité Armagnac-Bigorre présents aux côtés de leurs «petits» toute l’année.

En l’absence du président Tony Marin, pris par ses obligations avec le XV de France en Nouvelle-Zélande, c’est Jean-Yves Mouret, secrétaire général du comité, qui a bien voulu baisser le rideau dans nos colonnes.

M. Mouret, quel est le sentiment du comité après ces deux titres de champion de France ?

Le comité éprouve un sentiment de fierté d’autant plus que cela faisait longtemps que nous n’avions eu un champion de France bigourdan (NDLR : 2004 avec le titre 4e série de Saint-Lary) et deux titres la même année en série, ça remonte à plus loin. ça ne nous arrive pas tous les ans. Nous sommes en présence de deux clubs différents avec les Baronnies qui a une identité forte et Azereix, club de la banlieue tarbaise qui s’appuie sur cette position. mais c’est tout à leur honneur que d’être arrivé au bout.

Peut-on en tirer des enseignements sur le niveau des clubs bigourdans ?

Deux champions, ça montre que les clubs sont compétitifs. Il faut noter que l’on est représenté jusqu’aux demi-finales dans toutes les séries. Cela prouve que les championnats sont intéressants.

L’émulation avec les clubs gersois participe peut-être à ces bons résultats

On aurait été aussi fiers avec des Gersois. Je souligne d’ailleurs le parcours de Lannepax qui a fait une excellente saison et qui est arrivé en demi-finales malgré des problèmes d’effectif.

Pour en revenir à nos champions, Azereix a noté l’absence du comité lors de sa finale. Quelles sont vos explications ?

Le comité avait demandé à certains dirigeants d’être présents mais ils n’ont pas pu s’y rendre, pris pas des obligations. En fin de saison, c’est toujours difficile de mobiliser. Mais Azereix est venu nous présenter le bouclier tout à l’heure (hier après-midi)...

...ils n’ont pas trouvé porte close ?

Il n’y avait pas grand monde mais les portes du comité sont toujours ouvertes et pour tous les clubs.

Vendredi, c’est la 115e assemblée générale du comité ; qu’allez-vous évoquer ?

Surtout, la modification du championnat 2014-2015 pour lequel la poule promotion va fusionner avec la 1re série. Nous allons insister aussi sur l’importance des assurances et rappeler que les dirigeants ne doivent pas faire n’importe quoi.

Un dernier mot sur cette saison qui s’achève ?

On va dire que c’est une bonne saison pour le comité Armagnac-Bigorre avec 7 titres de champion de France. Je crois que c’est une année forte mais qui ne doit pas nous faire oublier les difficultés qu’ont certains clubs à vivre. Malheureusement, on risque d’en trouver de plus en plus.

Lannepax, à 80 minutes de la finale

Publié le 15/06/2013 à 08:13

La RCL va tenter de franchir un nouveau cap demain. / Photo DDM, Francis Fraresso.

La RCL va tenter de franchir un nouveau cap demain. / Photo DDM, Francis Fraresso. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le championnat de France de ce fameux rugby de village est à deux encablures du verdict. Plaisance et Vic-Fezensac y ont laissé leur vertu au stade respectif des huitièmes et des quarts. Et s’il n’en reste qu’un, ce sera Lannepax, l’inattendu, le surprenant club du petit village d’irréductibles Gascons, tenaces, volontaires, vaillants, qui est arrivé à franchir le cap des quarts avec une petite vingtaine de joueurs et au prix de mille souffrances. S’offrir le bonheur d’une place en demi-finale, ce n’était pas gagné, comme le souligne le président Serge Abadia: «C’est un groupe d’amis, de copains, unis dans l’effort et qui ne lâchent rien, chapeau à eux et à leurs entraîneurs encore une fois». Accompagnés par cet indispensable brin de chance, les garçons du duo Laguzan-Carrère ont accompli des coups d’éclat en faisant tomber, tour après tour, des champions comme ceux de Midi-Pyrénées et du Béarn.

Saint-Jean-de-Védas est lui aussi champion (du Languedoc) et conscient, encore cette fois, de l’ampleur de la tâche. Le coentraîneur Vincent Carrère constate : «Tous les dimanches c’est du costaud, nous le savons, de plus, sans Franck Fouragnan (suspendu), qui est notre référence en touche, il faudra palier et faire avec».

Mais cela devrait motiver les Lannepaxiens à se montrer à la hauteur de l’événement : «Notre jeu est bien en place, Lionel Laguzan avec son expérience nous permet d’avancer par le jeu au pied, il sait aussi alterner derrière avec des jeunes qui ont des pattes, il amène de la sérénité et de la sagesse. Devant, nous avons des gars qui s’y filent sans rechigner», poursuit-il.

Alors, fort de cette solidarité salutaire, propre au rugby, qui amène les uns et les autres à se sublimer par la confiance et le respect des fondamentaux, la Renaissance sera-t-elle au rendez-vous final?

Il y aura 80 minutes pour le savoir.

Lannepax. Une demi-finale à portée de main

Publié le 14/06/2013 à 03:50, Mis à jour le 14/06/2013 à 09:38

Mais quelle volonté dans le regard de chaque joueur ! DDM, A. D

Mais quelle volonté dans le regard de chaque joueur ! DDM, A. D 

Pour cette demi-finale du championnat de France de rugby 4e série, dimanche 16 juin, à 15 heures, à Villefranche-de-Lauragais (31), les Lannepaxiens affronteront l’équipe de Saint-Jean-de-Védas, dans l’Hérault.

A cette occasion, un car de supporters est organisé. Le prix des places est 10 € pour les adultes et de 5 € pour les enfants. Le départ aura lieu sur la place du village à 11 heures.

Réservations avant samedi, 11 heures, dernier délai, au 06.74.60.23.87 ou au 05.62.06.37.49.

Depuis le début de ce championnat de France, et à voir la dynamique chez les «rouge et noir», nul ne se serait douté de la force et surtout de la volonté de ces joueurs qui ont envie d’aller très loin.

Après une saison hivernale un peu en demi-teinte, personne n’aurait supposé se retrouver en demi-finale. Et pourtant !

Il faut reconnaître que la saison 2012-2013 sera tout de même déjà bien remplie avec un titre de champion Armagnac-Bigorre.

Le seul point noir dans cette compétition est le manque d’effectif à cause de nombreux blessés, même ceux-là ont une envie folle de conquérir le bouclier, mais Saint-Jean-de-Védas reste un gros morceau. Les Gersois feront preuve de vaillance et de volontarisme, ils joueront avec la rage de vaincre, nous n’en doutons pas.

Lannepax. «C'est un groupe d'amis et de copains»

Publié le 10/06/2013 à 03:47, Mis à jour le 10/06/2013 à 10:12

Le président Serge Abadia, très heureux de se retrouver en demi-finale./Photo DDM Alain Duprat.

Le président Serge Abadia, très heureux de se retrouver en demi-finale./Photo DDM Alain Duprat. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Christophe Toustou(l’entraîneur de Lasseube) : «Pour ce quart de finale, il nous a manqué des conquêtes, du jeu, des ballons. Nous avons joué complètement à l’envers. Il n’y a rien à redire. Pourtant j’ai une belle équipe mais nous avions un adversaire difficile. C’est dommage car j’aurais aimé un peu mieux. Bonne continuation pour les gagnants».

Le capitaine Fouragnan (de Lannepax) : «Cela devient de plus en plus dur pour nous, nos effectifs sont un peu juste. Encore aujourd’hui, on repart avec un centre en moins suite à une blessure et quelques éléments importants sont sur le banc de touche. Par rapport au week-end dernier, c’est cette pression qui est toujours là mais mes gars sont très courageux et je suis très fier d’eux».

Serge Abadia (président de la Renaissance sportive lannepaxienne) : «La seule chose que je vois, c’est un groupe d’amis et de copains ; certes, c’est la victoire du jeu mais c’est surtout la victoire de l’amitié et c’est la victoire de ce que l’on peut faire dans le monde du rugby. Sur la physionomie du match, nous avions pris l’ascendant sur cette équipe, la rencontre a été un peu rugueuse mais le résultat est là. Il faut tirer un grand coup de chapeau aux entraîneurs qui ont établi une défense héroïque».

Dur mais mérité pour Lannepax

Publié le 10/06/2013 à 03:46, Mis à jour le 10/06/2013 à 10:12

Carrère a récupéré de nombreuses balles en touche./ Photo DDM Alain Duprat.

Carrère a récupéré de nombreuses balles en touche./ Photo DDM Alain Duprat. 

Que fallait-il faire pour bien faire au cours de cette rencontre ? Il est vrai qu’avec un terrain gorgé d’eau, pas mal de vent et un ballon très glissant, les joueurs ont commis beaucoup de maladresses. C’était un peu la panique. Dans la première partie de la mi-temps, les deux blocs se sont rencontrés copieusement, chacun voulant prouver sa supériorité mais il est vrai que les Montagnols avaient un pack plus lourd, qui a essayé de faire quelques ballons portés. Les Lannepaxiens ont réussi, tant bien que mal, à contenir leurs adversaires à distance. A la 10e minute, suite à une position de hors-jeu, presque devant les perches, Costes marquera trois points sur le tableau encore vierge. Une des seules actions susceptible de porter le danger chez les Lannepaxiens a été consécutive à une ouverture de Cosme sur J.-M. Procope qui lance ses 120 kg, mais sera stoppé à cinq mètres de la ligne. Après les citrons et une première pénalité de Laguzan qui heurte le poteau gauche, une deuxième chance est donnée à la 52e minute. Cette fois, de 45 mètres sur la gauche, elle passe pour l’égalisation. Plus le chrono tourne et plus les nerfs des deux équipes sont mis à l’épreuve. Quelques gestes indésirables apparaissent ; l’un d’eux donne une pénalité que Laguzan transformera, donnant ainsi l’avantage aux Lannepaxiens. A la 75e, l’arbitre sanctionnera un joueur de chaque camp mais, comme Fouragnan avait déjà pris un jaune, il sera expulsé avec un carton rouge, puis un carton blanc viendra affaiblir les effectifs de Lannepax qui achèvera la partie à 13 contre 15 avec une fougue insoupçonnée qui leur ouvre la porte des demi-finales.

Lannepax. Souvenirs, souvenirs d'une finale... 10 ans plus tôt

Publié le 07/06/2013 à 03:48, Mis à jour le 07/06/2013 à 07:55

Mais où donc trouvent-ils cette volonté et cette force? Rien ne semble pouvoir les arrêter. /Photo DDM, Alain Duprat.

Mais où donc trouvent-ils cette volonté et cette force? Rien ne semble pouvoir les arrêter. /Photo DDM, Alain Duprat. 

Rappelez-vous! Il y a déjà 10 ans, le 22 juin 2003, l’équipe de rugby de Lannepax jouait la finale du championnat de France de 4e série contre Saint-Hyppolite sur terrain neutre de Saint-Jean-du-Falga (09). Alors, réunissons-nous pour fêter cet événement 10 ans plus tard et presque dans la même situation. Peut-être que le fait de fêter cet anniversaire, les joueurs de la Renaissance Sportive lannepaxienne iront décrocher ce magnifique bouclier de champions de France tant convoité et mérité! Après une saison difficile avec beaucoup de blessés, il serait logique que tous les efforts faits par les plus résistants soient récompensés.

Samedi 29 juin 2013 sera ce rendez-vous de retrouvailles avec, dans la matinée, un souvenir des anciens du club disparus trop prématurément. Le plus important de cette journée se déroulera, à partir de 16 heures, pour un match de gala : RSL 2003 contre RSL 2013, juste pour voir les meilleurs. A 19 heures sera le moment de se réconforter après l’apéritif et le lunch qui seront suivis d’une soirée dansante.

Participation à la soirée : 20 € adultes, 8 € enfant de moins de 12 ans ; gratuit pour les enfants de moins de 3 ans.

Réservation des repas avant le 10 juin auprès de Christophe Baris au 06 84 07 30 39 ou auprès du président Serge Abadia au 06 74 60 23 87.

T

ous derrière Vic-Fezensac et Lannepax

Publié le 07/06/2013 à 07:58

Rugby. Promotion/honneur et 4e série. Quarts de finale: Vic-Fezensac-Sault-de-Navailles à Aire-sur-l'Adour et Lannepax-Lasseube à Vic-en-Bigorre, dimanche, à 15 heures.

Le capitaine vicois Laurent Gallon et ses coéquipiers pourront compter sur une forte colonie de supporters. /Photo DDM, Francis Fraresso.

Le capitaine vicois Laurent Gallon et ses coéquipiers pourront compter sur une forte colonie de supporters. /Photo DDM, Francis Fraresso. 

C’est du lourd que nos deux candidats champions, Vic-Fezensac et Lannepax, vont affronter pour les quarts de finale du France. Sault-de-Navailles, le champion de Côte-Basque-Landes, pour les premiers, et Lasseube, le champion du Béarn, pour les seconds. Questions pour les 4 champions : qui sera au rendez-vous des demis?

Promotion/honneur

Vic-Fezensac-Sault-de-Navailles à Aire-sur-l’Adour dimanche à 15 heures «Sault sera certainement encore plus solide que Tartas», voici la première réaction d’Eric Larrouy, coentraîneur. Et si l’on s’en réfère, en effet, à la finale du comité de CBL, il est sûr que les Saultois, en prenant le meilleur sur Tartas, sont «a priori» un ton au-dessus. Leur parcours lors des éliminatoires parle aussi pour eux, trois succès avec 11 essais marqués contre 3 encaissés, dénote une certaine maîtrise. Jean-Louis Dupuy, président de l’USS: «Nous ne regardons pas le tableau et prenons les matches comme ils viennent, nous avons souffert pour éliminer les Corréziens de Cause-Vézère (16-9) en 8e, ils nous ont pris de haut», confie-t-il, et de renchérir : «Les Gersois seront tout aussi coriaces, mais nous les respecterons car au tour précédent le fait qu’ils aient sorti Tartas nous met sur nos gardes. Nous possédons une équipe expérimentée et équilibrée qui nous permet de voyager, après ce sont des matches couperet où chacun aura sa chance!».

Les Vicois de Michel Espié ont coupé la semaine dernière et repris sur trois séances pour celle-ci. «Les garçons ont bien préparé cette échéance, ils sont très sérieux et assidus», confie le président, qui ne connaît rien de l’adversaire, mais ils seront prêts à faire le grand «Sault» : «De toute façon, je fais confiance à l’équipe, ils sont capables de donner le meilleur et l’ont prouvé». Dimanche, on saura qui est le meilleur champion entre celui de Navailles ou du Fezensac pour l’acquisition d’une (très enviée) place en demi-finale.

4e série

Lannepax-Lasseube à Vic-Bigorre dimanche à 15 heures.

La Renaissance Sportive lannepaxienne n’avait pas atteint ce stade de la compétition depuis dix ans, date où elle était allée jusqu’en finale, perdue face aux Catalans de Saint-Hippolyte. Mais chacun est conscient que l’aventure vécue actuellement peut s’arrêter à tout instant : «Nous avons été les challengers à chaque match, nous avons relevé chaque fois le défi avec notre état d’esprit et ce petit bout de chance indispensable, mais ce sera toujours du 40/60 pour nous», affirme Vincent Carrère, coentraîneur. «Nous n’avons pas coupé durant ces quinze jours, histoire de rester dans le contexte des éliminatoires, nous avons répété nos gammes, ensuite on verra dimanche», conclut-il. Côté Lasseubois, le président Jean-Claude Tucq estime lui que : «C’est du 50/50 à ce stade-là. Nous avons une équipe de jeunes encadrés par quelques anciens qui ont été champions de France de 4e série en 2007, dont Alexandre Castéra, un solide n. 8 sorti de la formation béarnaise». Une équipe qui aime jouer, mais qui a cependant peiné pour éliminer Verneuil-Vienne en 8e (20-15). Alors, à Antoine-Ménoni, pour empocher le précieux billet des demis, ce sera (ici aussi) un choc entre champions et si ceux du Béarn endossent le costume de favori, pour ceux de l’Armagnac celui d’outsider convient parfaitement bien. Comme d’habitude !


Leurs parcours

Vic-Fezensac a battu Paysac-Savignac 36-17 en 32e ; Andorre 23-0 en 16e et Tartas 24-13 en 8e. L’USS a éliminé Espalion 45-11 en 32e ; Les Rives-d’Orb 28-17 en 16e et Causse-Vézère 16-9 en 8e.

Lannepax a battu Saint-Julien-en-Born, 7-6 en 16e ; Valence-d’Albi 24-16 en 8e. Le SCL a éliminé Baby-Nins 42-10 en barrage ; Pessac 26-0 en 16e et Verneuil-Vienne 20-15 en 8e.

Lannepax. «le petit poucet» deviendra grand

Publié le 06/06/2013 à 03:47, Mis à jour le 06/06/2013 à 08:47

Remotivation des troupes à la pause./ Photo DDM, Alain Duprat.

Remotivation des troupes à la pause./ Photo DDM, Alain Duprat. 

Dimanche 9 juin, à 15 heures, à Vic-en-Bigorre (65), en quart de finale de rugby du championnat de France de 4e série, Lannepax jouera contre Lasseube (64).

A en croire les dieux du ciel, ils ne donnaient pas cher de la saison rugbystique pas plus d’ailleurs que les supporters ou les entraîneurs qui ont eu beaucoup de mal à former une équipe tous les dimanches en raison des blessures à répétition, de maladie sans gravité, les obligations du travail en milieu agricole. Un manque d’effectif réel a failli faire culbuter la saison, mais avec les beaux jours, tout est presque revenu dans l’ordre et, là, nous avons retrouvé une équipe très soudée, dynamique, entreprenante qui avait vraiment envie de jouer au ba

FÉDÉRALE 3 - SIXIÈME JOURNÉE RETOUR - POULE 12

IPE LOCALE  POINTS  POINTS  EQUIPE VISITEUSE  DATE  DETAIL
  A S TOURNEFEUILLE  25  F   U S VICQUOISE  05/03/2017 - 15:00 Détail
  GRENADEPORTS  33  27   A S LAYRACAISE  05/03/2017 - 15:30 Détail
  S C RIEUMOIS  12  10   U A VICOISE  05/03/2017 - 15:30 Détail
  U S TOURNONNAISE  13  10   R C REVELOIS  05/03/2017 - 15:30 Détail
  U S NERACAISE  37  7   ENTENTE SPORTIVE LAROQUE BELESTA  05/03/2017 - 15:30 Détail