Phases finales : une sanction difficile à avaler

13 mai 2017 - 10:13

Rugby XV - Amateurs - Championnat de France des séries. Les clubs bigourdans privés de matchs dimanche.

«Je suis consternée». Adeline Noilhan, coprésidente du FC Trie ne décolère pas. Son club de rugby devait accueillir ce week-end le match Gondrin - Labarthe-sur-Lèze, en phases finales de séries, mais il a été délocalisé.

En cause, une décision fédérale déprogrammant toutes les phases finales de séries et d'équipes de jeunes prévues sur les terrains du comité Armagnac-Bigorre. La sanction a été prise suite à un problème de billetterie entre la FFR et le comité. La semaine passée, différents clubs d'Armagnac et de Bigorre auraient utilisé leur propre billetterie et non celle de la Fédération, privant par conséquent cette dernière des recettes qui lui permettent de payer, entre autres, les arbitres des matchs. Une version pourtant contestée par le président du comité AB, Antoine Marin.

«On n'a pas eu connaissance des faits reprochés», s'expliquait-il jeudi par téléphone. «On n'a jamais été confronté à une telle situation», s'étonne-t-il.

Les deux Bigourdans, Trie-sur-Baïse et Tournay sont donc privés de recevoir les 16e de finale de séries. Bazet, Maubourguet et Sarlabous sont eux aussi concernés. Un manque à gagner de «2 000 à 3 000 euros, minimum», selon la dirigeante Adeline Noilhan. «C'est une guerre de cour d'école entre la FFR et le comité», se désole Adeline Noilhan qui a écrit aux instances fédérales pour demander des explications. «C'est une honte», critique également Marc Bellocq, président de Bazet.

«J'ai cru à une blague»

Les clubs censés organiser les rencontres comptaient sur l'argent récolté par la buvette, la bourriche ou la vente de sandwichs pour payer, entre autres, les déplacements des équipes de jeunes. «On court après l'argent pour vivre !», s'exclame la Triaise.

L'autre motif de colère est dû à la date de cette nouvelle. Jeudi soir pour Grondin, qui devait se déplacer à Trie avant d'apprendre le changement de lieu sur Internet. «Pour nous, cela ne change pas grand chose mais à la place d'un organisateur, je serais furieux», raconte Philippe Sampietro, président de l'USG. Les dirigeants de Trie ont eux été informés mercredi soir et avaient déjà organisé cette journée. «J'ai d'abord cru à une blague quand on m'a appris la nouvelle par téléphone», témoigne Mme Noilhan. À Bazet, l'annulation de Tartas - L'isle en Dodon a été communiquée tout aussi tardivement, sans explications.

Le président du comité AB Antoine Marin comprend le désarroi. «Des clubs qui n'ont rien à voir avec cette histoire sont pénalisés», explique-t-il.

Manque de reconnaissance

L'incompréhension prédomine chez les équipes bigourdanes. Beaucoup partagent la même impression : ne pas être écoutés par la Fédération. «Le président de la FFR aurait mieux fait de nous accorder ces matchs de phases finales plutôt que d'offrir un écran plat à chaque club», estime une dirigeante. «Il faudrait davantage penser aux petits clubs», ajoute-t-elle. Ces phases finales auront visiblement du mal à être digérées du côté du rugby de clocher.

Les matchs du 65 délocalisés

Réserves territoriales : La Salvetat P. -Lembeye, prévu à Tournay, se jouera à Montréjeau (31).

Promotion honneur : Tartas-L'isle-en-Dodon, initialement à Bazet, délocalisé à Monein (64).

2e série : Gondrin-Labarthe-sur-Lèze quitte Trie pour se dérouler à Boulogne-sur-Gesse (31).

Saint-Pierre-du-Mont-Rabastens-Couff., prévu à Sarlabous, délocalisé à Grisolles (82).

3e série : Panjac-Saint-Jean, d'abord à Tournay, aura lieu à Saint-Lys (31).

Belascain : Haute-Bigorre-Mauléon n'est plus à Maubourguet mais à Morlaàs (64).

Moins de 16 ans : Tyrosse-Quillan devait avoir lieu à Trie, mais a été déplacé à Cazères (31).

Ronan Planchon

Commentaires